au Président, liberté en danger...

Publié le par khepera

6. Notre contestation de la politique d'expression durable... Non à un isolement aschiérien du Grenelle de l'Environnement...
 
NON RESPECT DE LA LIBERTE D’EXPRESSION
 
GRAVES MANQUEMENTS AUX PRINCIPES DE L’EDUCATION

retrouvez le texte intégral delapétitonsur http://www.observatoiremouansois.com/petition.htm
bandeau1.jpg
 
Comme le prouvent les résultats des élections législatives 2007, M. Aschiéri a récolté les résultats positifs de sa quadruple étiquettes Gauche / Extrême Gauche consolidée par le manque d’information des problèmes réels que rencontre la population. Parallèlement, il récolte les fruits de son isolement. La ville des « irréductibles Gaulois » qui s’obstinent dans le « tout parfait de leur côté » refuse de contempler la réalité que les chiffres ont montré. Le grand écart entre les chiffres de la circonscription et les chiffres locaux montrent clairement l’isolement politique de Mouans-Sartoux dans la circonscription.
 
6.1. ISOLEMENT DANS L’INTERCOMMUNALITE
 
RM2007 p. 46
« La commune de Mouans-Sartoux a toujours défendu l’idée d’une intercommunalité fondée sur la logique des bassins de vie : un pays cannois, un pays grassois et un pays antibois, ces trois ensembles coopérant dans les domaines essentiels de l’aménagement du territoire, des transports et du traitement des déchets. Jusqu’ici, l’Etat et les élus des grandes villes n’ont pas voulu cette organisation. Ici et là des voix s’élèvent afin de pouvoir favoriser l’absorption du Moyen-Pays par certaines grandes communes du littoral. Force est de constater que les garanties juridiques nécessaires pour préserver l’avenir de Mouans-Sartoux et du Moyen-Pays ne sont pas réunies… L’absence de sécurité juridique concerne le droit des sols, les règles municipales e tla représentation des communes au sein de l’agglomération. La commune et le pays grassois pourraient y perdre l’autonomie de leur pouvoir de décision et Mouans-Sartoux la maîtrise de ses services publics. Dans les domaines signalés, lorsque la coopération est nécessaire, Mouans-Sartoux a été et reste une force de proposition. Il faut donc penser d’autres modes de solidarité et de travail en commun...D’autres projets communs pourraient être développés dans le cadre d’une structure souple et respectueuse de chacun…. Partager un destin c’est d’abord partager une vision commune du territoire, un projet de vie. L’identité, le caractère propre du Moyen-Pays, sa qualité de vie lui commandent de construire un projet original, respectueux des territoires qui l’entourent et attendant d’eux le même respect en retour. »
 
Ce développement où pointe la peur de perdre la maîtrise et l’opposition au sens voulu par «  l’Etat et les élus des grandes villes » dans les choix posés pour l’intercommunalité cache tout simplement un isolement politique et un besoin de tout contrôler qui mettent en danger les résolutions et les applications de la S.N.D.D. au sein du Pôle Azur Provence Habitat. De nombreux exemples peuvent être communiqués. Au risque de répéter l’analyse, les voix perdues par M. Aschiéri et son isolement politique entre 2002 et 2007 peuvent s’expliquer par  «  le coup de poignard porté au Moyen Pays en refusant d’associer ses communes à la Communauté d’agglomération Pôle Azur Provence et par son opposition systématique sur tout .Bruno Lang »
 
Ensemble qui a lassé les électeurs déçus par la non adéquation entre le discours et les réalisations concrètes dont l’extrait ci-dessus est un exemple flagrant
6.2. LA LIBERTE D’EXPRESSION DE L’OPPOSITION U.M.P.
 
RM2007, p. 9
La concertation permanente
« La bonne gouvernance s’articule autour des principes de transparence de la prise de décision, d’évaluation indépendante des résultats et d’orientation d’actions pour l’intérêt général. Elle suppose également la participation des citoyens. »
Le dialogue citoyen
« Les élus mouansois ont su établir avec la population un véritable dialogue e tla parole des citoyens trouve à s’exprimer à chaque moment déterminant de la vie communale. »
RM2007 p. 27
Vie Culturelle
"L'aménagement urbain de Mouans-Sartoux a permis de faire du centre ville un véritable centre de vie... avec une vie culturelle particulièrement riche. »
RM2007, p. 42
« A quoi servent vos impôts ? Sur 100 € d’impôts prélevés, 16 € sont reversés aux associations sous forme de subventions. »
 
Quelques exemples concrets
 
A. REVUE MUNICIPALE 2006 46 PAGES OPERATION LES CHEVALIERS DES 3 TOURS
Espace d’expression accordé à l’opposition U.M.P : 12 LIGNES 2 COLONNES
Les Membres de l’Opposition U.M.P. appelés au dernier moment de l’édition n’ont pas eu la possibilité d’exprimer leur opinion contraire sur la direction de cette opération dont la ligne directrice est la « malveillance » avec danger de confusion dans l’esprit des enfants… Voir ci-dessous et page de l’O.D.P.M. http://www.observatoiremouansois.com/les-chevaliers-des-trois-tours.htm
 
B. REVUE MUNICIPALE 2007 46 PAGES
Espace d’expression accordé à l’opposition U.M.P. : 15 LIGNES 2 COLONNES
Extrait, page 41, ce que M. Aschiéri ne souhaite pas voir étaler :
« Notre communauté d’agglomération a 5 ans… Lors de ces cinq années, des communes ont souhaité intégrer notre agglomération mais pour des raisons de politique politicienne elles ont été éconduites… Pourtant, son territoire est trop étriqué pour permettre réellement de résoudre les grands problèmes d’aujourd’hui et de demain : transport, assainissement, eau, emplois, logement, environnement… En moins d’un an, plusieurs rapports officiels ont pointé sévèrement les carences de l’intercommunalité… Il faut relancer le processus d’intercommunalité. Groupe d’opposition municipale, Antoinette Cabot, Guy Brunacci, Bruno Lang »
 
C. LA JOURNEE DES ASSOCIATIONS MOUANSOISES
Notre association, l’ODPM, a exprimé le souhait de participer à cette journée d’information importante dans la vie associative mouansoise. Notre participation a été refusée sous prétexte qu’elle était politique. A noter que ATTAC y trône chaque année, association « apolitique » comme chacun sait !
 
D. LES SUBVENTIONS AUX ASSOCIATIONS.
Les subventions sont très importantes pour certaines associations. Certaines n’ont aucune subvention. Tout dépend de l’attachement exprimé… L’ODPM n’a jamais demandé, les subventions auraient été refusées comme notre participation à la très médiatisée journée des associations. Aucun membre de la municipalité régnante ne nous a invités à déposer un dossier de demande de subvention. D’autres exemples peuvent vous être présentés.
 
E. REUNIONS PUBLIQUES, SITE INTERNET DE LA COMMUNE, RENCONTRE AVEC LES ELUS
Les élus U.M.P. n’ont jamais été invités à tenir une permanence. Le seul message qu’ils ont envoyé pour le site internet de la mairie a été refusé. Ils sont très malvenus dans les réunions publiques. L’un de nos membres qui souhaitait intervenir dans une réunion publique de M. Aschiéri lorsque le dernier poumon vert de la Z.I. de l’Argile a été « décapité » en a été fortement dissuadé au vu d’un courrier que nous avions reçu quelques semaines plus tôt émanant d’un individu jugé dangereux à toute personne opposée à la politique de M. Aschiéri.
 
Extraits de ce courrier contre la candidature de Mme Tabarot,  révélateur de l’esprit entretenu dans la commune :
« Pourquoi il faut un député autre… L’UMP, la grande lessiveuse des idées qu’elle a méprisées des années durant les reprend à son compte sans scrupule par la voix de son omnipotent président… vous êtes des « petits », je ne vois même pas votre intérêt, M. Lang, à soutenir ces gens-là…alors là je comprends la haine et la morgue qui vous animent… Sachez que je vous combattrez (sic) avec conviction car je pense que vous êtes, vous et vos amis, dangereux pour la démocratie. »
Sans commentaire.
 
Des activités festives en nombre démesuré qui nuisent grandement à la tranquillité des habitants du village et de ses environs, la volonté de maîtriser la presse et de museler l’opposition dans le pavé propagandiste que constitue la Revue Municipale… Tous signes qui rappellent tristement certain dirigeant communiste du siècle dernier. C’est contre cela que nous nous battons à longueur d’année depuis dix ans.
 
Pourquoi n’y a-t-il jamais eu de véritable expression démocratique à Mouans-Sartoux, excepté par le combat que mène la petite minorité qui, pour la première fois depuis 33 ans, représente votre Parti, Monsieur le Président ? Souhaitez-vous mettre en danger cette avancée ? Une mission nationale ne doit-elle pas aller de pair avec le respect, l’objectivité et l’impartialité ?
 
6.3. LE RESPECT DE LA LIBERTE DE PENSEE DES ENFANTS… DANGER !
 
Dans la Revue Municipale de 2006, soi-disant écrite par les enfants, contrairement à l’image donnée à l’extérieur via le salon du livre de Mouans-Sartoux et toutes les actions médiatiques dont M. Aschiéri s’est fait la spécialité, il est clairement prouvé que la liberté de pensée de nos enfants est en danger et qu’ils subissent des pressions idéologiques irresponsables.
 
Nous avons analysé dans l’O.D.P.M. ce texte dont M. Aschiéri est en réalité le rédacteur avec son Adjointe à la Culture et à la Communication, Mme Gourdon, directrice du Salon du Livre.
 
 
Les "malveillants" contre qui les enfants doivent être prêts à donner leur vie, Monsieur le Président, c'est vous, vos Ministres, votre parti… Nous aussi, tous les signataires de cette pétition qui voient évoluer M. Aschiéri et sa municipalité depuis de longues années. Lisez attentivement et faites analyser cette revue par un spécialiste des sectes comme le Docteur Abgraal. Dites-nous si nous exagérons. Nous la tenons à votre disposition.
 
La manière dont sont manipulés les enfants, nous osons le dire, Monsieur le Président, à la lumière de notre analyse de la Revue Municipale 2006, révèle les pressions que subissent également les adultes. Cf. deux éléments qui résument ce problème.
 
Extrait Courrier S.O.S. reçu le 14 Mars 2007 par M. Lang
« Nous sommes un groupe de gens très désespérés employés et anciens employés à la maire de Mouans-Sartoux. Nous savons que cette démarche ne pourra pas aller jusqu’en Justice mais nous avons trop peur des représailles… Harcèlement, harcèlement aggravé même. Un chef de la police municipale dégradé : décision politique, ça veut dire quoi ? Tout ce malheur dans la commune, ces gens en dépression hospitalisés en maison de repos, personnes sous cachets pour éviter l’angoisse et le stress pour venir travailler,… le maire ne fait absolument rien. Refus de toute communication, absence de consignes, privation de travail… mises au placard, critiques, sarcasmes, brimades, humiliations ,etc…. voilà ce que vit le personnel de la commune de Mouans-Sartoux. Le plus fautif, dans l’affaire, c’est le Maire, il ne fait absolument rien, donc c’est lui qui devrait être devant les tribunaux pour harcèlement. »
 
Extrait de notre Bulletin O.D.P.M. n° 10, Mai 2007, le défilé des harcelés, p. 3
 
« Chef du Service des Finances, Agent de service jeunesse et sport, chef de service ressources humaines, chef de police municipale dégradé… tous dégradés, déprimés. Ils aimaient leur village, lui avaient tout donné, tout assumé. Ils voulaient le (maire) voir, savoir. Etait-il complice ou aveugle ? Le mystère continue de planer sur la cité interdite. Ils savent que des gens comme eux vivent encore le calvaire. Auront-ils la force de continuer ? Qui osera combattre le mal ? Antoinette Cabot »
 
Ces facettes de notre quotidien à elles seules, méritent une commission d’enquête. Elles sont, Monsieur le Président, tout autant que les autres, révélatrices du manque de discernement, d’équité et d’objectivité du Maire de Mouans-Sartoux, qualités nécessaires à une mission nationale de l’ampleur du Grenelle de l’Environnement.

Publié dans ENVIRONNEMENT

Commenter cet article